Le Compas comparateurterritoires.fr Futuribles

Deux fois plus de plus de 75 ans d’ici 2060

Imprimer

Dans les années à venir, la part des personnes les plus âgées dans la population totale va s’accroître. Si l’on en croit le scénario central de l’Insee  en matière de projections démographiques, la part des 75 ans et plus devrait doubler de 8 à 16 % entre 2010 et 2060. Celle des 85 ans et plus passerait de 2 à 7 %. Le phénomène serait au plus fort entre les années 2025 et 2050 : notre pyramide des âges ressent les effets du phénomène exceptionnel de « baby boom », poussée de natalité enregistrée entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et le milieu des années 1960. Petit-à-petit, à partir des années 2040, l’effet s’atténue avec le décès des baby-boomers.

Si l’on observe non plus la part mais le nombre de personnes âgées, l’évolution est encore plus directement liée à la natalité passée : les 75 ans et plus font un bon de 4 à 6 millions entre 2020 et 2030, reflet de la poussée des naissances entre 1944 et 1954. Logiquement, les 85 ans et plus suivent 10 ans plus tard : entre 2030 et 2040, leur population passe de 2,5 à 4 millions.

L’indicateur de « vieillissement attendu » est intéressant à suivre : il rapporte la part des 75-84 ans à celle des 85 ans et plus, soit la part de la population qui arrive au très grand âge (75-84 ans) comparée à celle qui est y déjà. Il permet en quelque sorte d’anticiper l’arrivée des aînés. On voit bien (cf graphique) comment dans les années 2020 il faudra se préparer à accueillir les futurs aînés : l’indice, qui diminue de 3 à 1,7 entre 2010 et 2020, remonte alors à 2,4. L’urgence sera alors particulièrement forte au niveau local pour la mise en place de structures d’accueil ou d’aide à domicile.

Ces données, souvent utilisées de façon alarmiste, doivent être replacées dans un contexte démographique plus large. On vit plus vieux, mais aussi en meilleure santé : le vieillissement n'est pas aussi tranché et n'a pas toujours les effets attendus. Ce n'est pas parce que la part de personnes âgées s'accroît qu'un pays décline. Ainsi, par exemple, l'âge de la perte d'autonomie s'élève, ce qui modère les besoins (voir notre article sur la dépendance).

En revanche, le rapport entre le nombre de 55-64 ans (ceux qui aident le plus souvent les personnes très âgées) et celui des 85 ans et plus devrait se réduire considérablement : cinq fois plus nombreux en 2010, les 55-64 ans ne seraient plus que deux fois plus nombreux vers 2040. Surtout, les femmes des générations nées dans les années 1960, qui auront été de plus en plus actives, n'auront pas forcément les mêmes aspirations à prendre en charge les aînés une fois arrivées à l'âge de la retraite.

 

Pour en savoir plus :

– Les données de l'Insee.

– Une note du Compas sur la dépendance.

 

 

Un site

En partenariat avec :