Crèches : le nombre places augmente moins que les besoins

Le nombre de places de crèche a augmenté de 41 000 entre 2008 et 2012,  mais entre temps le nombre d’enfants ayant besoin d’une place a progressé de 78 000. Résultat, 37 000 enfants supplémentaires ne peuvent être potentiellement accueillis par ce type de mode de garde1. Cela semble peu en rapport du nombre total d’enfants ne pouvant accéder à une crèche (1,9 millions), mais cette situation illustre les difficultés de l’accueil de la petite enfance. Toutes formes de garde confondues, la moitié des enfants ne dispose pas de place.

Le déficit d'accueil en crèche résulte principalement de la baisse du nombre d'enfants accueillis à l’école maternelle (de 145 à 91 000 entre 2008 et 2012) mais aussi de la progression du nombre de 0-3 ans (+24 000). Il ne suffit pas d’élever le nombre de places pour satisfaire les besoins : la politique de la petite enfance doit tenir compte de l’environnement dans lequel elle s’inscrit, qu’il s’agisse de démographie ou du système éducatif. Bien entendu, les écarts sont considérables entre territoires.

Cette situation est d’autant plus inquiétante qu’au total seuls 390 000 enfants peuvent être accueillis en crèche sur les 2,3 millions potentiels, tout juste un sur six. La crèche est le mode pour lequel le déficit entre l'offre et la demande est le plus grand : un quart des parents souhaiteraient pouvoir inscrire leur enfant en crèche alors que seuls 14 % disposent d'une place, selon la Cnaf. Du coup, plus de la moitié des ménages ont recours à l’aide de leurs parents alors que seul un tiers souhaite ce type d’accueil.

La situation s'améliore légèrement. Il est né 10 000 enfants de moins en 2013 par rapport à l'année précédente. L'accueil des enfants de deux ans est remonté légèrement : 6 000 enfants supplémentaires ont été accueillis en 2013, le taux passant de 11 à 11,8 % 2. Mais alors que le gouvernement prévoyait d'ouvrir 100 000 places de crèche supplémentaires d'ici 2017, seules 10 700 ont été ouvertes en 2013, soit deux fois moins que l'objectif annuel. Le déficit par rapport aux besoins des familles demeure considérable : si l'on voulait satisfaire toutes celles qui souhaitent une place, il en faudrait environ 200 000 de plus ce qui prendrait 20 années au rythme actuel.

 

  • 1. En faisant l'hypothèse que tous seraient accueillis en crèche puisque c'est le seul mode d'accueil réellement déficitaire par rapport aux aspirations.
  • 2. Voir le rapport de l'Inspection générale de l'éducation nationale sur le sujet.
Rubriques: