En dix ans, le nombre de pauvres de moins de 30 ans a augmenté de plus de 50 %

Le nombre de pauvres1 de moins de 30 ans a augmenté d'un million entre 2002 et 2012, de 1,7 à 2,7 millions, soit une hausse supérieure à 50 %. Les trois quarts des nouveaux pauvres sont des jeunes adultes ou des mineurs.

Le taux de pauvreté des jeunes adultes a progressé de 8 à 13,2 % au cours de cette période, soit 420 000 de plus, hausse de plus de 60 %. Un phénomène lié aux difficultés croissantes d'intégration dans l'emploi : en période de montée du chômage, les derniers arrivés sont souvent les premiers licenciés ou ceux qui voient leur contrat de travail non renouvelé.

Le taux de pauvreté des moins de 18 ans est passé de 8 à 11,7 % entre 2002 et 2012, soit + 550 000 ce qui représente une progression de plus de 50 %. Ces mineurs ne sont pas des enfants pauvres, mais des enfants de pauvres. Ils vivent au sein de familles qui se sont appauvries, soit du fait de la situation économique, soit parfois suite à une séparation du couple.

Le taux de pauvreté des 40-49 ans a peu évolué, de 7,3 à 8,1 % (moins de 100 000 personnes). D'une manière générale, les adultes sont beaucoup moins touchés par le phénomène que les jeunes. Au total, les 30 à 59 ans représentent un peu moins de 20 % du nombre de pauvres supplémentaires mesuré depuis 2002.

Enfin, la pauvreté est relativement stable chez les plus de 60 ans. Une évolution liée notamment à l'arrivée à l'âge de la retraite de femmes qui ont de plus en plus souvent des carrières complètes et au déclin de l'emploi agricole non-déclaré.

 

  • 1. Au seuil de 50 % du niveau de vie médian, soit 822 euros pour une personne seule après prestations sociales. Séries recalculées pour éviter la rupture de 2010. Dernière année connue.
Rubriques: 
Thèmes: