Nette augmentation de la pauvreté en France

En France, le taux de pauvreté au seuil de 60 % du niveau de vie médian 1 s’élève à 14,1 % en 2010, selon l'Insee. Le taux atteint 7,8 % si l’on considère le seuil de 50 % du niveau de vie médian, et 3,8 % au seuil de 40 %. La crise économique a un impact marqué sur les taux de pauvreté, qui ont augmenté de 13,4 % en 2008 à 14 % en 2010 au seuil de 60 %, de 7,1 à 7,8 % au seuil de 50 % et de 3,2 à 3,8 % au seuil de 40 %.


 

Selon les définitions, on compte entre 12,1 et 8,6 millions de personnes pauvres en France. Au total, le nombre de personnes pauvres a très nettement progressé : de 200 000 au seuil de pauvreté le plus strict (40 %) à près de 800 000 si l’on considère la définition la plus large (60 %). En proportion, la grande pauvreté a le plus augmenté entre 2008 et 2010 : au seuil de 40 %, le nombre de pauvres s’est accru de 15 %, contre 7 % au seuil de 60 %.

 

Le seuil de pauvreté est calculé en proportion du niveau de vie médian2. L’évolution actuelle de la pauvreté signifie que les populations du bas de l’échelle s’éloignent du niveau de vie médian : l’écart se creuse entre les ménages les moins favorisés et les catégories moyennes. L’augmentation du taux de pauvreté résulte de la très forte progression du chômage au cours des quatre dernières années. La moitié des chômeurs n’étant pas indemnisés, une partie de ceux qui se retrouvent sans emploi doivent faire face à d’importantes difficultés financières. Comme l’a montré de longue date l’Observatoire des inégalités, ces taux moyens masquent des écarts élevés selon les tranches d’âges et les niveaux de diplômes. Les premières victimes de la crise actuelle sont les jeunes et les personnes peu qualifiées.

Selon les données Eurostat 3, le niveau de pauvreté est plus faible en France que dans les pays européens de taille de population comparable : Allemagne (15,8 % de pauvres), Royaume-Uni (16,2 %),  Italie (19,6 %) et Espagne (21,8 %). Les deux seuls pays qui se distinguent réellement du lot en Europe sont la Norvège (10,5 % de pauvres) et les Pays-Bas (11%). Si la situation sociale se dégrade nettement en France, notre modèle social évite une détérioration encore plus forte.

  • 1. Le seuil de pauvreté à 60 % est le plus utilisé dans les comparaisons internationales
  • 2. Revenu après impôts prestations sociales qui partage l’effectif de la population en deux
  • 3. Nous indiquons ici l'année de perception des revenus et non de la collecte contrairement à ce que fait l'organisme statistique européen.
Rubriques: 
Thèmes: