Pourquoi les immigrés viennent-ils en France ?

Environ 200 000 visas pour long séjour ont été accordés en moyenne annuelle sur la période 2011-2015, selon le ministère de l'Intérieur. Le chiffre est quasiment constant depuis le début des années 2000. Depuis l'arrêt de l'immigration de travail au milieu des années 1970, l'immigration est surtout familiale ; il s'agit principalement d'enfants et de conjoints de Français ou d'étrangers installés régulièrement en France. Les 88 000 visas accordés à ce titre représentent 44 % de l'ensemble. 63 000 visas (31 % des titres) ont été accordés à des étudiants. Moins de 20 000 titres de séjour ont été délivrés pour raisons humanitaires et ce nombre n'augmente pas au fil du temps, en dépit de la situation désastreuse de plusieurs pays du pourtour de la Méditerranée. L'immigration économique arrive en quatrième position avec 18 000 visas, ce qui représente moins de 10 % de l'ensemble.

Parmi les 200 000 titulaires de visas, tous ne restent pas durablement sur le sol français. Une partie des étudiants retourne travailler dans leur pays d'origine, certains des plus âgés rentrent au moment de leur retraite, etc. Par ailleurs une partie des Français vont eux aussi s'établir à l'étranger. Au total, l'Insee estime que le solde migratoire - les entrées moins les sorties - se situerait aux alentours de 60 000 personnes par an dans les années récentes. Une donnée approximative, car les sorties du territoire ne sont pas comptabilisées par l'administration française.

 

Et l'immigration irrégulière ?

Ces chiffres ne portent que sur l'immigration régulière. On ne dispose pas d'éléments précis de mesure du nombre d'étrangers en situation irrégulière. On évoque les chiffres de 200 ou 400 000 personnes, sans fondement précis. D'un côté, environ 30 000 sans papiers sont expulsés chaque année et 30 000 régularisés, ce qui réduit le nombre de sans-papiers. De l'autre, un nombre indéterminé de personnes continuent à entrer ; l'ampleur des crises humanitaires en Syrie et en Libye a sans doute fait augmenter ce chiffre ces dernières années.

Le nombre d'expulsions a surtout augmenté au début des années 2000 et il est relativement stable depuis 2008 (sauf le pic de 2012). Le nombre d'étrangers régularisés après une entrée irrégulière a aussi augmenté au début des années 2000, mais les séries ont été modifiées par le ministère de l'Intérieur et ne sont pas comparables avec les données récentes qui augmentent de 2009 à 2013.

 

 

 

Rubriques: