Le Compas comparateurterritoires.fr Futuribles

Un solde migratoire stable, mais davantage d’entrées et de sorties

Imprimer

Evolution à long terme du solde migratoireLe solde migratoire (lire notre définition) évolue peu depuis une trentaine d’années. Il oscille entre 50 000 et 100 000 personnes par an. L’arrêt de l’immigration de travail au milieu des années 1970 a marqué une cassure après vingt années de forte immigration 1. Après une pause entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1980, ce solde a eu tendance à augmenter à nouveau. Entre 2003 et 2006, il a été supérieur à 100 000 personnes par an (France métropolitaine), niveau que la France n’avait pas connu depuis les années 1970 2. Enfin, depuis 2007, le solde s’est à nouveau réduit, autour de 60 000 par an.

Le solde migratoire est le résultat de la différence entre les entrées et les sorties durable du territoire, qu’il s’agisse de Français ou d’étrangers. En 2015, pour la France entière, le solde net de 67 000 personnes correspondait à 364 000 entrées et 297 000 sorties. Les entrées sont composées des immigrés (253 000 étrangers qui viennent s’installer durablement en France), du retour de 89 000 personnes nées en France et de l’arrivée de 21 000 personnes nées françaises à l’étranger. Les sorties regroupent 217 000 personnes nées en France ou françaises nées à l’étranger et 79 000 immigrés qui souvent s’en retournent dans leur pays 3.

Le mouvement de yoyo du solde migratoire masque la hausse des entrées et des sorties depuis le milieu des années 2000. À partir de 2010, l’immigration s’accroît. Moins que chez nos voisins, mais la France accueille davantage de réfugiés, notamment du fait des crises syriennes et libyennes.  L’émigration progresse aussi. Les raisons fiscales n’ont aucun impact à ce niveau. Il s’agit de Français qui partent à l’étranger le plus souvent pour étudier ou pour évoluer dans leur carrière. La mondialisation a aussi ses effets sur les scolarités et l’organisation des parcours professionnels. 80 % des départs de personnes nées en France surviennent entre 18 et 29 ans, selon l’Insee. Les étrangers qui vivent en France, plus souvent européens, demeurent moins longtemps sur le territoire et finissent par le quitter, soit pour revenir dans leur pays d’origine, soit pour s’établir dans un autre pays. Entre 2006 et 2015, le nombre de sorties a progressé de 110 000, dont 50 000 du fait d’immigrés qui ont quitté la France. Le solde des entrées et sorties d’immigrés en 2015 (+ 174 000) est quasiment au même niveau qu’en 2006 (+ 164 000).

Evolution à court terme du solde migratoireEntrées et sorties

 

 

Notes:

  1. Le pic de 1962 étant lié aux rapatriés d’Algérie.
  2. Il est vrai qu’à l’époque la population totale était plus importante qu’aujourd’hui.
  3. Pour plus de précisions, voir : « L’analyse des flux migratoires entre la France et l’étranger entre 2006 et 2015 », Insee focus, n°78, mars 2017.