Le Compas comparateurterritoires.fr Emmaus France

L’évolution du niveau de vie au fil des générations

Imprimer

A 26 ans, un jeune né entre 1984 et 1988 touchait en moyenne 20 980 euros par an contre 18 020 euros pour celui de la génération née entre 1969 et 1973, selon l'Insee. C'est l'un des graphiques 1 les moins connus sur les revenus et pourtant l'un des plus intéressants : l'évolution du niveau de vie annuel selon l'âge et les générations. Il représente en courbes de couleur le niveau de vie des personnes nées à une période donnée, pour différents âges. Il s'agit de données en euros constants (après inflation) pour l'équivalent d'une personne seule, après impôts et prestations sociales.

Si l'on prend le premier point de chaque courbe en suivant le fil des générations, on note qu'il se situe toujours au-dessus de la génération précédente ce qui veut dire qu'à ce niveau du parcours, chaque génération a un niveau de vie supérieur à la précédente. A 26 ans, le niveau de vie de la génération 1984-1988 dépasse de 16 % celui de la génération 1974-1978. A 41 ans, celui de la génération 1969-1973 est supérieur de 18 % à celui des personnes nées entre 1954 et 1958. Cette première observation tend à relativiser les discours sur l'impact du ralentissement de la croissance sur les générations récentes : elles vivent mieux que les précédentes. De même, toutes les courbes stagnent en fin de période, ce qui veut dire que chaque génération est marquée par la crise récente, aucune n'y échappe sauf peut-être ceux nés entre 1939 et 1943 (aujourd'hui à la retraite).

Cette lecture mérite d'être nuancée. Tout d'abord, chaque génération n'est observée que durant une quinzaine d'années, au mieux. Les plus anciennes données de l'Insee datent de 1996. Le graphique ne nous dit rien de ce qui se passe avant. On ne connaît par exemple le niveau de vie de la génération 1964-1968 qu'entre 31 et 46 ans. On ne sait pas ce que sera l'avenir des générations récentes. A 26 ans, la génération 1984-1988 ne fait pas mieux que la précédente 1979-1983 (les courbes se touchent) : demain, il est possible qu'elle ait un revenu inférieur. On ne connaît pas non plus les trajectoires passées des générations anciennes : les données pour la génération 1919-1923 ne commencent qu'à 76 ans. Enfin, les inégalités sont grandes à l'intérieur des générations, ce graphique n'en révèle rien.

On remarque pourtant un phénomène étonnant : le dernier point de chaque courbe touche la précédente dans presque tous les cas. Cela veut dire que le niveau de vie de la génération d'après est équivalent à celui de la génération d'avant. Par exemple, la génération 1964-1968 gagnait 23 530 euros à 46 ans (dernier point connu), quasiment la même chose que la génération 1959-1963 au même âge. Pourtant, à 36 ans, les premiers touchaient 9 % de plus que les seconds. Les générations nouvelles commencent mieux dans la vie mais finissent par stagner au niveau de la précédente, faute d'augmentation des niveaux de vie.

Il y a de quoi s'inquiéter : si leur situation ne s'améliore pas, les générations les plus récentes pourraient se retrouver avec des niveaux de vie nettement inférieurs à ceux de leurs aînés. Le début de parcours de la génération 1984-1988 est édifiant : la courbe augmente à peine. Pourtant, les générations récentes sont bien davantage diplômées que les précédentes et, même si la croissance est plus lente, l'enrichissement du pays continue. La question du partage du revenu entre les générations est loin d'être tranchée et la suite des événements sera intéressante à suivre.

 

 

Notes:

  1. Tiré de l'ouvrage annuel "Les revenus et le patrimoine des ménages", Insee-références, Insee, juin 2016.