Le Compas comparateurterritoires.fr Futuribles

Pauvreté : la France s’en sort moins mal que ses voisins européens

Imprimer

La France est l’un des pays d’Europe où le taux de pauvreté est parmi les plus faibles. Il s’élevait à 6,7 % au seuil à 50 % du niveau de vie médian en 2017 selon Eurostat 1. Seule la Finlande a un taux sensiblement plus faible, de 5,4 %. L’Allemagne et le Royaume-Uni se situent à 10-11 % environ, soit 50 % de plus que le niveau français. En Italie (13,6 %) et en Espagne (14,6 %), le taux de pauvreté est deux fois supérieur. L’utilisation d’autres seuils, celui à 60 % du revenu médian (pauvreté au sens large) ou à 40 % (grande pauvreté), ne changerait pas fondamentalement le classement.

Le seuil de pauvreté est fixé dans chaque pays en proportion du niveau de vie médian (celui qui partage l’effectif de la population en deux) national et non du niveau de vie médian de l’ensemble de l’Europe. En conséquence, les seuils de pauvreté sont différents selon les pays. Le fait que le taux de pauvreté soit faible dans certains pays signifie que les écarts y sont réduits entre les plus démunis et les couches moyennes. Cette photographie de la population touchée par la pauvreté au sein de chaque pays d’Europe donne un aperçu des inégalités de revenus « par le bas ». Un faible taux de pauvreté signifie qu’on y trouve relativement moins d’emplois très mal payés, qu’il existe des salaires minima ou que la collectivité soutient les ménages modestes avec un meilleur niveau de prestations sociales.

La Roumanie et la Grèce font non seulement partie des pays où les revenus et les seuils de pauvreté sont les plus bas d’Europe (voir Les seuils de pauvreté en Europe), mais ce sont aussi les pays où la part de la population pauvre, la plus éloignée du niveau de vie standard de son pays, est la plus importante. En Espagne, au Portugal et en Italie, les revenus sont un peu plus élevés en moyenne, mais une personne sur sept environ vit sous le seuil de pauvreté à 50 % du revenu médian. La France n’est pas le pays au niveau de vie moyen le plus élevé d’Europe, mais elle fait partie des pays où la pauvreté est plus contenue qu’ailleurs. Les 10 % les plus pauvres touchent au maximum 610 euros par mois avant prestations sociales et 933 euros après (données Insee 2017). Notre système est « moins mauvais » notamment que nos voisins les plus peuplés (Allemagne, Royaume-Uni, Italie et Espagne) et plus adapté pour amortir le choc des crises, comme celles de 2008 et de 2020. Il n’en demeure pas moins que la situation pourrait être bien meilleure : cinq millions de personnes vivent encore sous le seuil de pauvreté. Ce chiffre va augmenter avec les conséquences de la crise sanitaire sur l’économie.

 

 

 

 

Notes:

  1. Ces données diffèrent de celles publiées par la France car elles sont établies de manière différente. Elles sont par ailleurs décalées d’un an : nous corrigeons la date affichée par Eurostat car l’institut publie la date de collecte des données (année n) et non de perception des revenus (n-1) que nous utilisons.