Le Compas comparateurterritoires.fr Emmaus France

Le nombre d’allocataires de minima sociaux diminue enfin

Imprimer

rsa

Le nombre de ménages allocataires du RSA diminue depuis le printemps 2016. Entre septembre 2015 et septembre 2016, il a baissé de 44 000, ce qui reste modeste (-2,3 %) mais qui marque une inflexion. Le nombre de foyers qui perçoivent le RSA socle 1 était en effet passé de 1,3 à 1,8 million entre décembre 2008 2 et décembre 2015, une progression de 40 %. Il est beaucoup trop tôt pour en conclure un quelconque retournement de tendance. Mais l’évolution favorable dans le domaine l’emploi peut se retrouver en matière de minima sociaux. La variation du nombre de chômeurs se répercute après un certain délai sur le nombre d’allocataires du RSA, en fonction des règles d’indemnisation du chômage.

L’augmentation du nombre total d’allocataires – toutes formes de minima confondues – date de la fin des années 2000. Jusqu’à cette période, hormis la phase de montée en puissance du revenu minimum d’insertion au début des années 1990, on assiste à une stagnation, autour de 3 ou 3,1 millions. Mais la tendance globale masque deux effets inversés. La hausse de la pauvreté des adultes est compensée par la baisse de celle des plus âgés, titulaires du minimum vieillesse ou veuvage. Ce dernier phénomène est lié à l’amélioration des niveaux de retraite qui résulte principalement de l’élévation du taux d’activité des femmes depuis les années 1970. Depuis le milieu des années 2000, cet effet de compensation joue beaucoup moins : le nombre de titulaires du minimum vieillesse ne diminue guère, comme s’il atteignait un plancher. Là aussi, des facteurs de sens contraire jouent : les carrières professionnelles des femmes continuent à s’améliorer, mais de plus en plus de personnes arrivent à l’âge de la retraite avec des pensions amputées par les effets de la crise (inactivité, chômage, temps partiel subi, etc.). Inversement, le nombre d’allocataires du RSA augmente jusqu’en 2016 au moins. Du coup, le nombre total d’allocataires de minima sociaux grimpe, passant de trois millions en 2003 à 3,8 millions en 2014 (+25 %) puis se stabilise en 2015. Il faudrait encore plusieurs années de baisse sensible ne serait-ce que pour revenir à la situation qui prévalait à la fin des années 2000. Beaucoup reste donc à faire pour améliorer le sort des plus défavorisés, qu’il s’agisse de jeunes sans emploi comme de personnes âgées.

ensembleminimas

minimvieilletrsa

 

 

 

 

 

Notes:

  1. Se différencie du RSA dit “activité”, versé en complément à ceux qui disposent d’un bas salaire.
  2. A l’époque, il s’agissait du revenu minimum d’insertion et de l’allocation parent isolé.
Un site

En partenariat avec :