Le Compas comparateurterritoires.fr Emmaus France

La consommation de drogues, de tabac et d’alcool en France

Imprimer

La consommation régulière d’alcool diminue de longue date, celle de tabac est stable, mais celle de cannabis progresse : la consommation de substances psychoactives (drogues illicites, tabac et alcool) connaît des évolutions contrastées, selon les données de l’Observatoire français des drogues et toxicomanies. La consommation évolue en fonction des transformations des modes de vie : les femmes se rapprochent des hommes, le cannabis se diffuse, on consomme moins souvent de l’alcool au repas du midi, etc. Mais aussi d’effets de génération : la consommation régulière de vin chez les jeunes diminue de longue date et ces jeunes en vieillissant boivent moins. C’est l’inverse pour le cannabis.

L’usage régulier est très inégal suivant le type de substances. Un tiers des 18-64 ans fument et 8 % consomment de l’alcool régulièrement (trois fois dans la semaine au moins). Les produits illicites sont bien moins répandus : la consommation régulière de cannabis concerne 3 % de cette tranche d’âge et 0,9 % ont consommé de la cocaïne au moins une fois dans l’année. Il l’est aussi en fonction de l’âge. 37 % des jeunes de 18-25 ans fument et 8 % consomment régulièrement du cannabis, contre 26 % et 1 % des 45-64 ans. C’est l’inverse pour l’alcool : 12 % des 15-64 ans en boivent tous les jours, contre 2 % des 18-25 ans.

Les tendances récentes sont moins favorables que l’évolution de long terme. La part de jeunes ayant été ivre au moins une fois dans l’année augmente, en particulier chez les jeunes femmes qui se rapprochent des jeunes hommes. La part de fumeuses a augmenté de 2002 à 2010 et légèrement baisse depuis. La part d’usagers du cannabis, qui avait stagné de 2000 à 2010, a nettement progressé de 2010 à 2014, portée selon l’OFDT par l’accroissement de l’offre. L’organisme indique que la par de personnes ayant expérimenté au moins une fois dans leur vie la cocaïne a été multipliée par deux de 2005 à 2014, mais l’usage dans l’année reste stable avec moins de 1 % de la population.

Un site

En partenariat avec :