Le Compas comparateurterritoires.fr Futuribles

L’espérance de vie en bonne santé en Europe

Imprimer

Où vit-on le plus longtemps en bonne santé ? Les données habituellement publiées sur l'espérance de vie à la naissance ont un grand défaut : elles mesurent une durée de vie totale, sans tenir compte de l'état de santé des personnes. Pour tenter de contourner cette difficulté, les chercheurs calculent "l'espérance de vie en bonne santé" en posant la question suivante à la population : "dans quelle mesure avez-vous été limité depuis au moins six mois, à cause d'un problème de santé, dans les activités que font les gens habituellement ?". Un travail riche d'enseignements, mais à utiliser avec précaution.

Alors que l'espérance de vie moyenne est de 76,7 ans pour les hommes et 82,6 ans pour les femmes en Europe, elle se réduit à respectivement 61,3 ans et 62 ans. Première leçon : l'espérance de vie s'allonge, mais il ne faut pas oublier que pour la grande majorité, la fin de vie reste difficile pour ce qui est de la condition physique. L'image des "seniors" hyperactifs mis en avant par la publicité est trompeur. Le travail continue à user.

La deuxième leçon, fondamentale, c'est que l'écart entre hommes et femmes se réduit très nettement quand on passe de l'espérance de vie tout court à l'espérance de vie en bonne santé. Les femmes vivent six années de plus en moyenne au total, mais une seule supplémentaire en bonne santé : leur avantage n'est donc qu'en (grande) partie apparent.

La troisième leçon, c'est que l'on a bien du mal à expliquer les écarts entre pays. Si l'on retire les plus petits, peu significatifs, c'est en Suède, en Grèce et au Royaume-Uni que l'on vit le plus longtemps en bonne santé, trois pays aux modes de vie très différents. Un très grand nombre de facteurs jouent : l'alimentation, les conditions et la durée du travail, le système de santé, les pratiques à risque, etc. Championne pour l'espérance de vie, la France est dans la moyenne (à pays comparables) pour l'espérance de vie en bonne santé. La technicité du système de soins ne semble pas être un élément majeur.

Beaucoup reste à faire pour comprendre le mystère des écarts d'espérance de vie entre pays. Il faut bien garder à l'esprit le caractère déclaratif de l'espérance de vie en bonne santé mesurée par le biais de questionnaires : on ne se déclare pas partout en mauvaise santé de la même façon. Les variations entre pays peuvent aussi venir de variations de cette sensibilité aux limites physiques.