Le Compas comparateurterritoires.fr Emmaus France

France périphérique : le trompe-l’oeil de la densité

Imprimer

La densité de population est à la géographie humaine ce que l’apesanteur est à la physique. Si on ne la prend pas en compte, on ne comprend pas ce que l’on observe. Cette notion étudiée à l’école primaire – les écoliers savent que la France compte un peu plus de 100 habitants par km2 en moyenne – est pourtant négligée par la plupart des commentateurs. Résultat : le poids des territoires reculés et faiblement peuplés est survalorisé. Pour le comprendre, il faut réaliser un exercice en trois cartes.

Prenons l’exemple des revenus. L’observation de la carte de l’ouest de la France est sans équivoque : le cœur des métropoles concentre les hauts revenus (en orange sur notre carte, un revenu médian supérieur à 22 100 euros annuels). Une grande partie de la France, toute coloriée de bleu et loin des centres-villes, dispose de faibles niveaux de vie (entre 4 et 17 300 euros annuels). C’est la « pauvre France périphérique et rurale », si souvent mise en avant.

Revenus médians annuels par personne (données 2013, en euros)

revenusJPG

cartouchervenusSource : Observatoire des territoires, d’après Insee

Un coup d’œil à la carte de la densité ci-dessous permet de visualiser assez vite le problème. Les zones où les revenus sont les plus faibles sont très peu peuplées, entre 0 et 50 habitants au km2. Elles représentent une grande surface sur la carte de France qu’elles colorient en violet, mais ne regroupent qu’un tout petit nombre d’habitants. L’oeil est pris au piège par la première carte, car il ne peut pas mettre en regard le nombre d’habitants concernés.

Densité de population (habitants/km2, 2013)

densité

cartouchedenisté

Source : Observatoire des territoires

Revenons-en à nos revenus. Un chercheur à l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux, Etienne Côme, a développé une application qui permet d’entrer dans le détail, en utilisant les données de l’Insee sur des carreaux de 200 m de large (données 2010, les dernières disponibles). Il suffit de zoomer sur n’importe quelle grande ville pour révéler ce qu’une observation trop grossière ne peut pas voir. Pour la plupart des communes, les quartiers où les revenus sont les plus faibles (en clair sur la carte de l’agglomération de Tours ci-dessous, le violet foncé représentant les hauts revenus) apparaissent au centre ou très proches du centre, dans des zones où la densité dépasse souvent les 10 000 habitants au km2, soit 100 voire 1 000 fois plus qu’en périphérie. C’est ici que vivent les plus pauvres et la France populaire et non aux confins du territoire, phénomène masqué sur une carte de France globale par l’effet de la densité et le manque de détails de la carte.

L’exemple des revenus peut être reproduit pour d’autres domaines comme le vote, la répartition par âge, etc. La carte de France est trompeuse car elle regroupe des territoires de densité sans rapport. Elle donne une visibilité considérable à des territoires très peu habités, alors que la population se concentre autour des grandes villes dans des quartiers très denses. Du coup, l’analyse met l’accent sur l’aspect « périphérique » des phénomènes sociaux alors que l’essentiel se joue là où le nombre compte, dans les grandes agglomérations. Pour affiner le raisonnement, il faut ensuite observer les différences qui existent entre les grandes aires urbaines qui, en fonction de leur histoire économique et sociale, ont vu s’établir plus ou moins loin du centre les différentes catégories sociales 1.

Les revenus annuels déclarés à Tours (2010, en euros)

revenustours

Cartoucherevenus

Source : Etienne Côme, France pixel.

 

 

 

Notes:

  1. Pour aller plus loin voir notamment : « Comment se regroupent les populations dans l’espace urbain », Aurélien Dasré, www.inegalites.fr, novembre 2013