Le Compas comparateurterritoires.fr Emmaus France

Le travail du dimanche, un choix de société

Imprimer

Un salarié sur huit travaille régulièrement le dimanche (données 2011). Cette proportion a nettement progressé depuis le milieu des années 1990 1. Cette évolution accompagne l’essor d’une société de services où la consommation occupe une place croissante. Les employés du secteur du commerce, de l’hôtellerie et de la restauration constituent les gros bataillons du travail du dimanche. On y trouve aussi le personnel des hôpitaux, de la police et de la gendarmerie : le travail dominical, c'est aussi la continuité des services publics. Mieux rémunéré, il constitue pour les moins qualifiés une façon d’élever au moins partiellement leurs niveaux de vie.

Les femmes représentent 55 % des effectifs de ceux qui travaillent le dimanche alors qu'elles constituent 49,6 % des salariés. Les jeunes, qui ont moins de contraintes familiales, sont sureprésentés et les plus âgés sous-représentés. Les titulaires d'un CAP jusqu'au bac sont aussi davantage présents. Quand on observe non plus la répartition de ceux qui travaillent le dimanche mais leur part au sein de chaque catégorie sociale, on note que les employés (20 % occupés le dimanche) sont deux fois plus concernés que les cadres supérieurs (8 %) ou les ouvriers (9 %).

Le développement d’activités économiques le dimanche, en particulier l’ouverture des commerces, constitue un choix de société. Soit l’on souhaite flexibiliser les temps de la vie, avec des activités plus tardives, indifférenciées selon les jours, soit l’on considère qu’il faut maintenir des espaces où l’activité économique, notamment de consommation, est mise de côté. Dans le premier cas, le travail pèsera particulièrement sur les femmes, les employés et les couches moyennes. De plus en plus d’individus seront désynchronisés du rythme global de la société, ce qui aura des répercussions sur la sociabilité et, en particulier au sein de la famille. Avec, en contrepartie, un gain de niveau de vie si ces plages horaires continuent à être davantage rémunérées.

 

Notes:

  1. L'évolution est difficile à mesurer de façon précise, du fait d'une rupture de série statistique en 2002.