Le Compas comparateurterritoires.fr Futuribles

Espérance de vie

Imprimer

L’espérance de vie est une notion utilisée couramment mais plus complexe qu’il n’y parait. Le plus souvent, on mesure l’espérance de vie à la naissance. Il s’agit d’une donnée fictive : l’espérance de vie est le nombre moyen d’années que vivrait un nourrisson, compte-tenu des conditions de mortalité du moment. Concrètement, pour la calculer on tient compte des taux de mortalité à chaque âge, une année donnée. Mais ce nourrisson ne connaîtra pas tout au long de sa vie les conditions de mortalité de l’année de sa naissance ! Historiquement – hormis durant les catastrophes ou les guerres – le niveau de santé s’améliore et les taux de mortalité diminuent. La probabilité est donc très grande pour que notre nourrisson vive plus longtemps que l’espérance de vie affichée l’année de sa naissance. L’espérance de vie sous-estime la durée de vie future des générations.

L’espérance de vie est l’un des seuls indicateurs qui n’est quasiment jamais calculé en moyenne pour l’ensemble de la population mais pour les hommes et les femmes de façon séparée. Il faut dire que les écarts sont importants, au profit des femmes. On peut calculer l’espérance de vie à la naissance, mais aussi à n’importe quel autre âge de la vie. On peut préciser la notion d’espérance de vie en tenant compte de l’état de santé des personnes. On calcule alors l’espérance de vie dite « sans incapacité » ou « en bonne santé », avec différents indicateurs d’incapacités plus ou moins importantes. Les écarts d’espérance de vie en bonne santé entre hommes et femmes sont beaucoup moins importants que pour l’espérance de vie totale. Mais attention : ces incapacités sont déclarées par les individus, ce qui peut influencer l’évolution de l’indicateur. Ainsi, une sensibilité plus grande des générations à leur état de santé va avoir tendance à limiter les progrès de l’espérance de vie sans incapacité.